Le Contrat Vert et Bleu du Grand Rovaltain

Un Contrat Vert et Bleu pour préserver la biodiversité du Grand Rovaltain

Pourquoi un Contrat Vert et Bleu sur le territoire?

Identifié comme un secteur prioritaire par le Schéma Régional de Cohérence Ecologique (SRCE) de la Région Rhône-Alpes, le territoire du Grand Rovaltain s’est doté d’un Contrat Vert et Bleu, afin de soutenir les acteurs locaux dans la conduite de projets opérationnels visant à préserver ou restaurer la trame verte et bleue du territoire.

Qu’est-ce qu’un Contrat Vert et Bleu?

C'est un outil contractuel signé entre la Région Auvergne-Rhône-Alpes, l’Agence de l’eau et le Conseil Départemental de La Drôme, le Syndicat Mixte du SCoT (pilote du contrat) et les acteurs locaux. Il a pour but de préserver et restaurer la trame verte et bleue du territoire par l’intermédiaire d’un programme d’actions opérationnel et multi-partenarial, élaboré en fonction des enjeux spécifiques du territoire et cohérent avec les grandes orientations du SRCE Rhône-Alpes.

Qu’est-ce que la trame verte et bleue?

La trame verte et bleue a pour objectif de préserver la biodiversité en maintenant et restaurant les réseaux de milieux naturels ou semi-naturels terrestres (trame verte) et les réseaux aquatiques et humides (trame bleue) qui permettent aux espèces de circuler, s’alimenter, se reproduire et se reposer. Elle contribue aussi au maintien des services que nous rend la biodiversité : qualité des eaux, pollinisation, prévention des inondations, amélioration du cadre de vie, mobilité douce, etc.

Ces réseaux d’échanges, également appelés continuités écologiques, sont constitués de réservoirs de biodiversité reliés les uns aux autres par des corridors écologiques.

tl_files/documents/CVB/Schema TVB.png

Les enjeux de la trame verte et bleue du Grand Rovaltain

La trame verte et bleue du territoire s’appuie sur la présence de trois grandes entités naturelles (piémonts du Vercors, piémonts ardéchois et collines drômoises) au sein desquelles les animaux peuvent circuler aisément en l’absence d’obstacles importants (routes, voie ferrée) et grâce à la présence de vastes espaces agricoles et forestiers non fragmentés.
La vallée du Rhône et celle de l’Isère structurent également fortement le réseau écologique en assurant des continuités d’échelle régionale.
En outre, la plaine agricole de Valence, composée d’une mosaïque de milieux (diversité des cultures, réseau de haies, canaux et cours d’eau), se situe à l’interface de ces grandes entités naturelles et accueille de nombreuses espèces spécifiques (oiseaux notamment).
Enfin, l’ensemble des cours d’eau, souvent accompagnés d’un rideau d’arbres (la ripisylve), constituent des supports essentiels pour le déplacement des animaux.

Néanmoins, la trame verte et bleue du territoire est fortement perturbée par la présence d’importantes infrastructures linéaires qui fragmentent les milieux et créent des obstacles quelques fois infranchissables (l’A 7, la RD 538, la RD 86, l’A 49, la RN 532 et les voies ferrées).
L’urbanisation linéaire dans la vallée du Rhône, mais également au pied des collines drômoises et le développement urbain dans la plaine renforcent la fragmentation et restreint les possibilités de déplacement et de connexions entre les milieux naturels.
Le réseau hydrographique a également été fortement perturbé avec l’aménagement de seuils ou de barrages pour la production hydro-électrique, aussi bien sur le Rhône, l’Isère que sur certaines rivières (la Véore, l’Herbasse, la Joyeuse,…). Les continuités piscicoles s’en trouvent interrompues.
Enfin, l’évolution de certaines pratiques agricoles (intensification ou abandon de parcelles) constitue également une menace importante vis-à-vis des pelouses sèches ou des milieux humides.

tl_files/documents/CVB/SCoT connexions.jpg

L'émergence du contrat vert et bleu

La construction du Contrat Vert et Bleu a nécessité un diagnostic préalable de la trame verte et bleue, réalisé parallèlement à l'élaboration schéma de cohérence territoriale (SCoT). La mobilisation des acteurs locaux (associations, chambre d’agriculture, techniciens des collectivités, syndicats de rivière, fédérations de chasse et de pêche,…) a été importante aussi bien dans l’apport de connaissances que dans la construction du programme d’actions. Un comité de pilotage, composé d’élus, des financeurs (Région Rhône-Alpes, Conseil départemental de la Drôme et Agence de l’eau) et des représentants des différents partenaires, a validé les étapes successives de la démarche et sélectionné les actions qui répondaient le mieux aux enjeux du territoire. Les échanges avec chacun des porteurs de projet se sont déroulés jusqu’à la validation du contrat par la Région, afin d’optimiser les actions proposées en faveur de la trame verte et bleue.

Des ambitions et des objectifs

Le Contrat Vert et Bleu du Grand Rovaltain poursuit 9 objectifs opérationnels listés ci-dessous :

  • Intégrer les enjeux de la trame verte et bleue dans les documents d’urbanisme, étape indispensable dans l’aménagement du territoire pour limiter les impacts sur la biodiversité et les fonctionnalités écologiques.
  • Préserver et assurer la continuité des pelouses sèches : enjeu d’intérêt régional, l’objectif est d’assurer les continuités de ces milieux fragiles et de protéger certains sites remarquables.
  • Améliorer les continuités écologiques liées au cours d’eau, en supprimant certains obstacles ou en restaurant certains tronçons de rivière. 
  • Protéger et gérer les milieux humides et aquatiques (milieux alluviaux du Rhône et de l’Isère, mares, canaux dans l’agglomération, roselières dans la plaine agricole,…) par des actions de restauration et de valorisation.
  • Améliorer la transparence écologique des infrastructures, en ciblant les axes prioritaires et en procédant progressivement aux rétablissements des possibilités de franchissement.
  • Valoriser la biodiversité des espaces agricoles et des forêts, par un renforcement et une valorisation des éléments naturels (haies, bandes enherbées, mares).
  • Encourager les pratiques agricoles respectueuses de la biodiversité.
  • Renforcer la sensibilisation auprès des différents publics aux enjeux liés à la trame verte et bleue.
  • Compléter les connaissances sur les fonctionnalités écologiques pour mieux cibles les actions à entreprendre.

Un programme d’actions ambitieux

Les actions du Contrat Vert et Bleu résultent de la recherche d’une adéquation entre les enjeux du territoire en matière de préservation et de restauration de la trame verte et bleue et les volontés d’agir locales. La volonté a été d’impliquer un grand nombre  d’acteurs, de répartir géographiquement les actions et d’apporter un appui aux initiatives locales, afin de lancer une dynamique de projets positive et durable.

53 actions portées par 19 partenaires locaux d’un montant total de 13,2 millions d’euros sont inscrites sur 5 ans (2015-2020). Parmi celles-ci, figurent notamment des actions portant sur :

  • Aménagement de cours d’eau
  • Plantations de haies
  • Animation pédagogique
  • Elaboration de plans de gestion d’espaces naturels
  • Acquisition foncière
  • Etudes d’amélioration des connaissances.